Le général Mahamat Idriss Déby Itno élu président du Tchad avec 61,03 % des voix


Le général Mahamat Idriss Déby Itno a été déclaré jeudi vainqueur de la présidentielle au Tchad trois ans après avoir pris le pouvoir à la tête d’une junte militaire, mais son premier ministre Succès Masra, battu, lui conteste cette victoire.

M. Déby, 40 ans, a recueilli 61,03 % des voix, selon les résultats officiels provisoires de la commission électorale qu’il avait nommée, contre 18,53 % à M. Masra, âgé de 40 ans lui aussi.

Le taux de participation s’est officiellement élevé à 75,89 %. Ces décomptes doivent encore être validés par le Conseil constitutionnel, lequel avait également été nommé par le chef de la junte.

Tirs en l’air

Peu après l’annonce, des militaires ont tiré en l’air à l’arme légère à N’Djamena dans le quartier où siège le parti de Succès Masra, de joie mais aussi manifestement pour dissuader les gens de se rassembler, ont rapporté des journalistes de l’AFP. Quelques habitants couraient pour se terrer chez eux et les rues ont vite été désertées.

Dans le centre de la capitale, c’était l’inverse près du Palais présidentiel, de nombreux partisans de Déby célébraient sa victoire en criant et chantant et klaxonnant dans leurs voitures, recouvertes du drapeau tchadien pour certaines. Des quidams tiraient aussi en l’air des rafales d’armes automatiques. Au moins deux adolescents ont été blessés par des balles qui retombaient, a témoigné un journaliste de l’AFP.

Succès Masra avait revendiqué la victoire avant la proclamation des résultats officiels dans un long discours sur Facebook où il accusait par avance le camp Déby d’avoir truqué les résultats pour annoncer la victoire du général.

Victoire «volée»

Invoquant la compilation des comptages des bulletins par ses propres partisans, il a appelé les Tchadiens à «ne pas se laisser voler la victoire» et à la «prouver» en «se mobilisant pacifiquement, mais fermement».

«Je suis désormais le président élu de tous les Tchadiens», a énoncé Mahamat Idriss Déby Itno dans un très bref discours télévisé au ton monocorde, promettant de mettre en œuvre ses «engagements».

Ce scrutin devait marquer la fin d’une transition militaire de trois ans et nombre d’observateurs l’estimait, il y a dix jours, joué d’avance en faveur du général Déby, proclamé chef le 20 avril 2021 pour remplacer son père Idriss Déby Itno qui venait d’être tué par des rebelles en se rendant au front, après avoir dirigé d’une main de fer, 30 années durant, ce vaste pays sahélien parmi les plus pauvres du monde. 

Le plus farouche pourfendeur de «la dynastie Déby», Succès Masra, s’était finalement rallié à la junte et le général l’avait nommé premier ministre quatre mois avant le scrutin. 

«Traître»

Le reste de l’opposition, muselée et violemment réprimée, dans le sang parfois, l’avait accusé d’être un «traître» et d’être candidat à la présidentielle pour «donner un vernis démocratique et pluraliste» à un scrutin joué d’avance pour Déby.

Le général Mahamat Idriss Déby Itno élu président du Tchad avec 61,03 % des voix

log in

reset password

Back to
log in
Choose A Format
Personality quiz
Trivia quiz
Poll
Story
List
Meme
Video
Audio
Image
Skip to content